Restez connectés

Formulaire de recherche

Le manager de transition, un intérimaire (pas) comme les autres

Le manager de transition intervient en entreprise lors de missions ponctuelles en remplacement, ou en renforcement. Mais doit-il être considéré comme un intérimaire comme les autres ? La réponse avec Ressources Transition.

Quand management de transition est synonyme d’intérim

À la lettre "i" du dictionnaire Larousse, cherchez le mot "intérimaire", vous trouverez cette définition : « Se dit d’un travailleur mis temporairement à la disposition d’une entreprise pour occuper un emploi ponctuel (remplacement, surcroît de travail…). » De ce fait, il n’y a pas de doute possible, le manager de transition est bel et bien un intérimaire comme les autres.

En effet, le rôle du manager de transition est d’intervenir ponctuellement dans une entreprise sous un contrat administratif dont la durée varie généralement entre 6 et 18 mois selon les missions confiées : remplacement d’un dirigeant, pallier un déficit du management, améliorer la performance de l'entreprise, mener un projet stratégique, rentabiliser l’outil de production, générer une forte croissance… etc.

Durant sa mission, le manager de transition est donc considéré comme un salarié temporaire du cabinet qui l’emploie, le met à disposition des entreprises et le rémunère. Lorsqu’il est au sein de l’entreprise, il n’est pas considéré comme un représentant de l’employeur ; il ne peut donc pas négocier ni conclure d’accords collectifs ou se substituer au président dans un comité d’entreprise ou un CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail). Comme tout intérimaire...

La traduction anglo-saxonne du manager de transition est d’ailleurs des plus explicites : « Interim Managment ». C’est le terme utilisé en Europe pour ce type de poste. La majorité des cabinets français ont tout simplement préféré le traduire différemment afin de ne pas insister sur la connotation négative que revêt parfois la notion d’intérim en France.

Le management de transition reste un poste à part

Malgré ces similitudes avec l’intérim, beaucoup restent convaincus que le manager de transition n’est pas à proprement parler un intérimaire lambda. C’est le cas de Pierre Van Den Broek, président de l’Association Française du Management de Transition : « le manager de transition n’est pas un intérimaire comme les autres parce que c’est un manager justement » souligne ce dernier, avant d’ajouter : « sa responsabilité managériale est unique, on ne peut pas remplacer des gens à l’identique selon le contexte et leur expertise - domaine financier, RH, logistique (…) - et c’est dans cette mesure que le manager de transition n’est pas un intérimaire comme les autres. »

Qui plus est, son statut dans l’entreprise lui permet de signer des lettres de licenciement, si sa mission consiste à assister, conseiller ou remplacer le DRH (Directeur des ressources humaines). Ce qu’aucun intérimaire n’est en droit d’exercer. 

Enfin, abordons le sujet du salaire puisque les missions proposées par les divers acteurs du secteur du management de transition se situent à un niveau de salaire brut annuel généralement supérieur à… 100 K€, soit celui d'une tranche représentant à peine 2 % des salariés français. On vous laisse deviner le pourcentage d’intérimaires français qui peuvent se vanter de toucher un salaire aussi élevé.

 

Ressources Transition vous accompagne …

Ressources Transition, cabinet de recrutement spécialisé dans le management de transition, accompagne les entreprises et les candidats. Pour toute information sur le management de transition, contactez-nous via notre site.

Pour aller plus loin :

Rejoignez nous

Si vous vous retrouvez dans ce descriptif, votre profil nous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter.

Devenir manager de transition